dimanche 13 janvier 2008

Life before the net

Moi qui use (et abuse) d'internet depuis une bonne dizaine d'années, je me demande parfois ce que serait ma vie sans notre outil de communication préféré...

Que serait la vie des nomades qui comme moi se sont balladés d'un pays à l'autre, changeant de vie, d'amis, de connaissances à plusieurs reprises mais s'entêtant tout de même à garder le contact avec quelques personnes tout au long du périple? Que serait le retour à Paris sans la possibilité de reprendre facilement contact avec les amis perdus de vue depuis 5 ans par le biais du mail?

Au minimum, entre 20 et 30 ans tout le monde déménage une paire de fois, même en restant dans la même ville... Le téléphone portable d'abord, mais surtout l'email nous donnent un point de contact fixe (pour qui cherche à nous contacter), mais que l'on peut emmmener partout avec nous, au gré des changements de situation professionnelle, personnelle et géographique. Et qui permet de rester facilement en contact avec des amis ou les proches qui vivent ailleurs. Même depuis l'autre bout du monde, même depuis un bateau au beau milieu de l'océan.

Sans parler des sites de réseaux sociaux soit disant à la pointe des technologies internet, de Facebook en passe de devenir le trombi universel de toute une génération, qui permet si on le souhaite de mettre à jour tous nos changements de situation en temps réel, y compris l'humeur du jour! Certains utilisent leur blog spécifiquement pour donner des nouvelles à ceux qui sont loin.

Sans parler de l'accélération des transports et des billets d'avion à bas prix qui autorisent plus facilement les visites aux amis d'ailleurs.

Et avant comment vivait-on ces bouleversements, ces changements de lieu de vie?

On bougeait moins, peut-être, mais il y a toujours eu des personnes qui bougeaient.
Il était beaucoup plus difficile de suivre les parcours individuels sauf à rester en contact étroit.

On recommençait à zéro dans chaque nouvelle ville sans se retourner sur les amis laissés ailleurs?
On vivait très bien en étant moins entouré de relations superficielles et/ou à distance?
On avait beaucoup moins d'amis?
On écrivait de vraies lettres au lieu des emails d'aujourd'hui, mais à part cela, pas de différence?

5 commentaires:

M. a dit…

Pour ma part, je reconnais que j'écrivais plus (de vraies lettres). A mes amis, mais pas seulement... J'ai entretenu quelques temps une relation à très longue distance avec la future mère de mon fils à une époque où internet n'était pas encore si répandu. Résultat, une lettre par semaine avec 5j entre l'envoi et la réception...

M.

tiusha a dit…

ah oui j'ai connu ça aussi, les lettres qui arrivent avec les pensées d'il y a 5 jours...

Madison a dit…

On voit encore internet comme une nouveauté mais c'est en fait un outil moderne qui pour les nouvelles générations fera parti du décors au même titre que la télé pour notre génération, les voitures pour les générations précédentes, etc... (on peut remonter jusqu'à la charrue comme ça ;-p)

Par contre pour les mails qui selon toi restent un point de repère, ce n'est pas forcément vrai : mon adresse principale, celle dont je me sers pour les amis et le courrier administratif a déjà changé 5 fois en 10 ans pour cause de changement de fournisseur d'accés. Paradoxalement, c'est celle que j'utilise pour mes connaissances virtuelles et mes balades sur le net (sites à inscriptions comme mon blog)qui est la plus stable...
Et avant, on avait plus de chance de retrouver le numéro de téléphone d'un ami que maintenant vu qu'avec l'ADSL, beaucoup de gens en ont changé et ne sont plus sur les pages blanches.

En tout cas, je ne sais pas ce que je ferais sans internet...

MamanCélib a dit…

Je crois que je suis devenue une véritable accro à internet... ça fait peur, quand même...

nea a dit…

pour moi c'est simple, sans internet je meurs^^