mercredi 20 février 2008

Paris, et puis?

Hier soir je suis allée voir le nouveau film de Klapisch dont, honnêtement, je n'attendais pas grand-chose. Mais bon, une proposition de soirée ciné après une journée rangement et nettoyage de l'ancien appartement, ça me disait bien (pour expliquer pourquoi je m'entête à faire tout ça en milieu de semaine, disons qu'en ce moment, en pratique, mon dimanche c'est le mardi).

Je vous vois venir: il faut vraiment être une touriste ou une provinciale pour aller voir un film dont le titre (et la trame?) se résume à "Paris". C'est pas faux. De toute façon je suis un peu les deux. J'assume et je confirme donc: un Klapisch sans grand intérêt, si ce n'est quelques acteurs connus (Juliette Binoche, Romain Duris, Fabrice Luchini...), et le paysage parisien en toile de fond, voire en premier plan par moments. Luchini en prof d'histoire de la capitale tombé amoureux d'une de ses étudiantes à la Sorbonne (évidemment) est pas mal, il parvient même à glisser une réplique "en France quand on est chercheur on cherche surtout à joindre les deux bouts" pour se justifier d'accepter d'enregistrer quelques émissions de vulgarisation pour la télé (avant qu'on le voie rentrer à pied chez lui depuis la Sorbonne pour atterrir dans un appartement à proximité, à première vue pas si modeste que cela, c'est pas très crédible tout ça). Si l'idée était de faire un film-marketing à aller montrer dans tous les instituts français du monde, c'est plutôt réussi... Sinon, je ne sais pas (et je ne suis pas si méchante que ça!). Dans le même registre et sur Paris, on aurait pu mieux faire.

Quelques anecdotes qui m'ont fait éclater de rire (par exemple le savant historien qui raconte avec un enthousiasme débordant son succès annoncé au colloque sur "l'actualité mérovingienne" - il y a de quoi tiquer, non?). Et puis le jeu du "tu sais où c'est ça?" fait passer le temps, mais il y a quelques incohérences dans l'enchaînement des lieux.

Romain Duris m'exaspère toujours autant, probablement en partie parce que sa bouille et sa manière d'être me rappellent vaguement quelqu'un. Là, il joue un personnage dont la vie prend une tournure tragique mais la nouvelle vient un peu comme un cheveu sur la soupe: on se demande ce que ça fait là. Les personnages sont forcés, le film abuse des clichés à l'excès: le prof qui drague une de ses étudiantes, la vieille de l'immeuble qui critique les jeunes, la blonde boulangère tout sourire au client entre deux remarques racistes envers son employée, la mère célibataire paumée, les pimbêches qui bossent dans la mode entre les vacances au club Med à fricoter avec le personnel local, les gens qui travaillent avec leurs mains et qui les ont balladeuses, les touristes allemands en shorts...

en résumé: allez voir autre chose ça sera peut-être pas plus mal!

PS: je suis à nouveau reliée au monde via internet. Comme quoi, le choix du fournisseur n'était pas mauvais ;)

7 commentaires:

pierogod a dit…

J'irai quand même le voir, je pense bien que je craigne que tu aies raison !

M. a dit…

J'étais tenté justement parce que je suis parisien, un peu comme pour Amélie Poulain, mais Duris m'exaspère (et pourtant il ne me rappelle personne) et les bandes annonce ne donnent pas envie. Les critiques sont mitigées (trop de personnages, trop fouillis), et la tienne va je crois achever de me dissuader...

En plus avec ta cuisinière cassée tu n'as vraiment pas de chance en ce moment... ;)

M.

MamanCélib a dit…

Euh, tu n'as pas aimé je crois ? ^_^

Perso, je crois quand même que je me laisserais tenter parce que j'aime beaucoup Klapisch et les univers qu'il construit...

tiusha a dit…

moi aussi j'aime bien les univers de Klapisch d'habitude, mais là je trouve que le film manque franchement d'unité (la seule unité, c'est le lieu), c'est décousu, les personnages sont survolés sans creuser, on se ballade dans une fresque urbaine plutôt que d'être immergé dans un univers.

Madison a dit…

J'avais envie et puis je me suis souvenue de l'effet que m'avait l'auberge espagnole : bof...

J'irais voir autre chose ;-)

C. a dit…

Bonjour,
Ben moi, j'ai beaucoup aimé Paris! C'est un film patchwork très réussi, touchant et plein de petites pointes mordantes!
Le film montre vraiment les différents regards que l'on peut avoir sur la capitale, de l'immigré pauvre, à la riche bourgeoise... Il montre le Paris touriste mais aussi le Paris envers du décor (rungis!). Il y a des scènes mémorables (comme celle de la boulangère!) Bref: Il donne envie de marcher dans Paris de regarder les gens vivre, et d'avoir un appartement avec vue!
En bonus: La musique est EXTRA! et les comédiens aussi!
Ca aurait pu être complètement artificiel, et pourtant non, on est touché par l'humain...
Bref, un défi relevé avc talent pour Klapish...
Alors, OK c'est pas un GRAND film, mais c'est quand même un très bon film, à recommander je trouve!

Une Russe à Paris a dit…

Moi aussi, j'ai bien aimé Paris! Je suis allée le voir hier, et, même si ce n'est pas un coup de coeur, j'ai trouvé ce film poétique, et pas nécessairement marketing. En tout cas, j'aime la vision que Klapisch a de Paris, et des fois la mienne s'en rapproche!